La pression monterait-elle sur la Corniche ? – Ouest France

La pression monterait-elle sur la Corniche ? – Ouest France

La pression monterait-elle sur la Corniche ? – Ouest France

Depuis quelques jours, les riverains de la Corniche s’unissent pour « sauvegarder le caractère local de Concarneau ». Une pétition court déjà sur les réseaux sociaux…

Dans le quartier côtier très calme de la Corniche, une voix se fait entendre auprès des riverains depuis quelques jours. Celle de Dominique Grunenwald, résident de la rue Victor-Hugo. Après avoir découvert le permis de construire « confidentiel » d’un ensemble immobilier au boulevard Alfred-Guillou, il veut alerter son voisinage sur les conséquences d’un tel projet.

la-pression-monterait-elle-sur-la-cornicheSa crainte est de voir le quartier perdre en espaces verts ce qu’il gagnera en trafic automobile. Il décide donc de réunir ses voisins pour créer Asso Cornouailles, une association de riverains dont il devient président. Les trois autres membres du bureau composé du vice-président Etienne Lang, du trésorier Cyrille Kindou et de la secrétaire Martine Lipps, résident tous dans la même rue.

Une pétition

Mercredi 1er juin, l’équipe distribue dans le quartier une pétition visant à « préserver le front de mer de Concarneau de l’avidité des promoteurs ».

Le lendemain, c’est la pétition en ligne qui est diffusée via les réseaux sociaux. Pour l’heure, elle a reçu plus de 240 soutiens. L’association, quant à elle, comptait déjà 50 adhérents, quarante-huit heures après sa création. Cyrille Kindou, cofondateur de l’association, explique son refus de voir le littoral concarnois « changer d’allure ».

« Concarneau est une ville d’Art et d’Histoire, commente ce dernier. Toutes ces constructions effaceront les rues historiques, portant les noms des héros concarnois de la Seconde Guerre mondiale », rajoute le président de l’association. Les deux hommes, résidant à Concarneau depuis une dizaine d’années, craignent que la ville ne soit « défigurée » par des immeubles a priori destinés à une population « aisée ».

Préserver le caractère local

« Ces constructions ne répondent pas à un réel besoin de loger la population de Concarneau, mais au besoin d’un lobby financier », déplorent les deux fondateurs de l’association. En cause : six projets de construction. Rue Jacques-Toiray, la grande villa Fournier éditée en 1904, a été détruite pour laisser place à des immeubles « sans cachet », selon Cyrille Kindou. De même pour la rue Lucien-Hascoët, ou la rue du Maréchal-Foch, encore en projet.

Le maire de la Ville, M. Fidelin, n’a pas encore réagi à cette pétition, ce que Dominique Grunenwald attend avec impatience. « Le maire a une responsabilité de préserver la ville, assure-t-il. Il est capable, par sa volonté politique, d’empêcher la bétonisation excessive de la ville. »

http://www.ouest-france.fr/bretagne/concarneau-29900/la-pression-monterait-elle-sur-la-corniche-4287584

 

asso cornouaille

Laisser un commentaire