Communiqués d’Asso-Cornouaille, 11 et 18 décembre 2017

Communiqués d’Asso-Cornouaille, 11 et 18 décembre 2017

S’agissant du projet immobilier d’ACP IMMO rue Victor Hugo, nous publions ici le communiqué d’Asso-Cornouaille en date du 18 décembre 2017, qui répond à une réaction de Michèle DEPOID publiée la presse locale, réaction à un précédent communiqué de notre association en date du 11 décembre. Les déclarations de Michèle DEPOID, particulièrement agressives, nous imposent une réponse. Pour que le lecteur qui n’aurait pas suivi le feuilleton dans la presse locale puisse se faire son jugement, nous publions ici successivement ces trois éléments du dossier.

 

COMMUNIQUE D’ASSO-CORNOUAILLE DU 18 DECEMBRE 2017

La réaction de Michèle DEPOID dans la presse locale (Ouest-France du 15 décembre ; Le Télégramme du 16) au communiqué d’Asso-Cornouaille annonçant le dépôt d’un recours gracieux contre le projet immobilier sur le terrain qui lui appartient, vient à nouveau confirmer le bien-fondé de l’action d’Asso Cornouaille.

La mise en cause de la légitimité d’une association de riverains, qui manifestent leur inquiétude en matière de salubrité et de sécurité des biens et des personnes, relève d’une méconnaissance des textes juridiques. Il appartiendra au Tribunal Administratif, et à lui seul, de se prononcer sur la validité des recours formés contre la décision malheureuse du Maire de Concarneau.

Aucune législation n’impose aujourd’hui la densification urbaine au détriment du patrimoine, des espaces verts et de la qualité des paysages urbains, dont la propriété en question est un témoin.

Les actuels occupants bénéficient depuis quarante ans de ce cadre de vie exceptionnel qui fait partie du patrimoine de notre ville depuis près de 120 ans. Ils s’apprêtent à le sacrifier en le morcelant, dans le but de réaliser une plus-value par rapport à la vente de leur bien en l’état.  Le désastre paysager que représente le projet d’ACP IMMO dans un des plus beaux quartiers de Concarneau est assumé sans le moindre scrupule.

Ancienne adjoint au Commerce et au Tourisme et ancienne marchande d’art, Michèle DEPOID souhaite-t-elle donc participer à transformer notre Ville d’Art et d’Histoire en une cité bétonnée ?

Cette propriété majeure du quartier de la Corniche doit être préservée d’une défiguration par un immeuble collectif, dans l’intérêt de la ville. De très nombreux riverains, Concarnois et visiteurs nous le confirment par leur soutien.

 

Le Télégramme du 16 décembre 2017 :

« Michèle DEPOID réagit au recours d’Asso-Cornouaille » :

Vendeuse de la parcelle sur laquelle est projeté l’immeuble de la société ACP Immo, Michèle Depoid réagit au recours formé par Asso Cornouaille (Le Télégramme de jeudi). « L’Asso Cornouaille a jugé bon de faire un recours gracieux sur le permis de construire modificatif obtenu le 12 octobre 2017 par ACP Immo. La demande de permis de construire initial a été déposée le 31 mars 2016, c’est-à-dire avant la constitution de l’association le 27 mai 2016, ce qui enlève à cette dernière toute légitimité à entrer dans une action en cours. Sur le fond, il s’avère de l’aveu même de l’association (que) le permis de construire modificatif ne modifie pas les données fondamentales du permis accordé le 28 juin 2016 mais apporte des précisions. Il est fait état d’inquiétudes infondées sur la salubrité, sur une possible nappe phréatique et surtout d’un aléa RGA (retrait gonflement des argiles) dont il est pourtant établi que le département ne fait pas apparaître de risque spécifique en regard des parcelles concernées. Pour ma part, en étudiant la génèse de l’Asso Cornouaille, je pense que sous le prétexte fallacieux de défense de l’intérêt général, il ne s’agit que de défense d’intérêts particuliers, les membres fondateurs, habitant tous rue Victor-Hugo, désirant préserver la vue de leur jardin. Ce n’est pas le permis de construire actuel ou ce projet spécifique qu’ils dénoncent mais ils utilisent toutes les manoeuvres dilatoires possibles pour empêcher la vente d’une partie du terrain, le morcellement de la propriété, exigeant que le jardin reste définitivement à l’identique et inconstructible, même si la législation recommande la densification des centres-villes ».

 

COMMUNIQUE D’ASSO-CORNOUAILLE DU 11 DECEMBRE 2017:

ASSO-CORNOUAILLE RENFORCE SON ACTION

L’autorisation donnée par le Maire de Concarneau à un permis modificatif rue Victor Hugo sur le terrain de la  propriété DEPOID est l’occasion pour l’Association des riverains du quartier de la plage de Cornouaille (www.assocornouaille.com) de rentrer officiellement dans le dossier. Cette association créée en mai 2016 pour s’opposer à la prolifération des ensembles immobiliers dans ce secteur pavillonnaire à proximité du rivage, vient de former un recours gracieux auprès du Maire contre le permis modificatif accordé à ACP MMO le 12 octobre 2017.

Ce nouveau permis, qui ne modifie pas grand-chose sur le fond, comporte néanmoins des anomalies et illégalités qui doivent conduire à son retrait. Asso Cornouaille pointe en particulier les atteintes à la salubrité et à la sécurité publique que portent le projet. Le stockage des déchets ménagers de 17 appartements dans une petite rue pavillonnaire, où la collecte n’a lieu qu’une fois par semaine, l’imperméabilisation du sol sur 80% de la surface du terrain, la disparition des arbres sont critiqués. L’absence d’étude géotechnique préalable du terrain situé sur une nappe phréatique, et l’aléa gonflement d’argile qui a touché Concarneau à l’été 2017 font craindre aux riverains des conséquences dommageables sur tout le quartier.

Forte de près de 150 adhérents, dont la quasi-totalité des riverains directs du terrain  concerné, ASSO CORNOUAILLE, a décidé à l’unanimité de son assemblée générale du 14 octobre 2017, de former ce recours rendu possible par le permis modificatif.

Parallèlement, le site web de l’association a publié une étude très détaillée accessible à tous sur le secteur concerné, porteur d’histoire et de patrimoine, et qui rappelle qu’en dehors de la ville close, il persiste encore à Concarneau des joyaux historiques et paysagers qu’il convient de préserver de la destruction (http://www.assocornouaille.com/rue-victor-hugo-histoire-de-la-propriete-dite-kerdibab-plaidoyer-pour-sa-preservation/).

L’entrée de quatre membres actifs de l’association au Conseil de Quartier du Centre-ville lors de son récent renouvellement atteste de la volonté d’ASSO CORNOUAILLE de participer à la vie municipale, avec l’ambition d’y défendre le cadre de vie et le bien-être des Concarnois.

 

N.B. Ce communiqué a été largement repris par Le Télégramme dans son édition du 14 décembre 2017, repris également par Ouest-France du même jour.

asso cornouaille

Laisser un commentaire